Chemin principal : Accueil > LaTeX > (r)(e)led(mac/par) > Eledform et XML-TEI : vers un vocabulaire commun ?

Eledform et XML-TEI : vers un vocabulaire commun ?

samedi 16 mars 2013, par Maïeul
Suivre la vie du site RSS 2.0 Forum

Je continue mes réflexions sur eledform. Dans un précédent article j’essayais d’expliciter les différentes informations que l’on peut associer à un lemme, pour envisager une syntaxe généraliste. Je vais en proposer ici un nouveau, à partir du XML-TEI. En effet, le module critical propose déjà, à sa manière, un formalisme. Ne serait-il pas pertinent de reprendre les réflexions du comités à l’origine du TEI pour constituer notre formalisme ?

Exemple en XML TEI

Prenons un exemple, avec le texte suivant :

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

Dans A « lorem » est omis, dans B il est suivi de « rem », dans C il est remplacé par « Lorim » et dans D par « Loram ».

En XML-TEI, on noterait les choses ainsi :

  1. <app>
  2. <lem>Lorem</lem>
  3. <rdg wit="#C">Loram</rdg>
  4. <rdg wit="#D">Lorim</rdg>
  5. <rdg wit="#B"><add>rem</add></rdg>
  6. <rdg wit="#A" />
  7. </app>
  8. ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

Télécharger

Selon la norme XML

  • Nous avons une structure arborescente d’élèments.
  • Nous avons des attributs affecté à chaque élèment, par exemple wit.

Ne pourrais-t-on pas reproduire une structure similaire en LaTeX ?

Ceci aurait l’avantage de :

  • permettre de se reposer sur les reponsables du XML-TEI pour définir le vocabulaire.
  • permettre plus facilement le passage de XML-TEI vers LaTeX et vice versa.

On aurait le code suivant :

  1. \app{
  2. \lem{Lorem}
  3. \rdg[wit=C]{Loram}
  4. \rdg[wit=D]{Lorim}
  5. \rdg[wit=A]{}
  6. \rdg[wit=B]{\add{rem}}
  7. }

Télécharger

Évidemment cela pose des questions quant la manière de créer ensuite les styles correspondant. Cela sera l’objet d’un prochain article.

Vos commentaires

  • Le 24 mars 2013 à 22:57, par Dominique Audéoud En réponse à : Eledform et XML-TEI : vers un vocabulaire commun ?

    C’est une bonne idée. Le vocabulaire et les notions utiles pour la représentation documentaire de la critique textuelle (entrée d’apparât, groupe de variante, variante, localisation, début/fin dans le texte de base, type, cause, etc, et leurs imbrications) sont très bien décrites dans le document du TEI. Mais cela représente un gros travail en perspective...

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À propos

Titulaire d’un master en sciences religieuses de l’Université de Strasbourg, je suis depuis août 2012 assistant-diplômé en histoire du christianisme antique et littérature apocryphe chrétienne à l’Université de Lausanne, où je prépare une thèse sous la direction de Frédéric Amsler.

Dans le cadre de la rédaction de mon mémoire de master, j’ai été emmené à utiliser LaTeX, et j’ai donc décider de partager mes techniques. En effet, au cours de mes premiers apprentissages, j’ai découvert que les ressources indiquant les outils pour l’utilisation de LaTeX en sciences humaines étaient rares.

Par ailleurs, je suis membre actif de la communauté SPIP, au sein de laquelle j’administre le site Spip-Contrib. Je propose sur ce site quelques notes sur SPIP, en général à destination de webmestre.

Il m’arrive également de faire un petit peu de Python, de temps en temps.

Enfin, je tiens un blog de réflexions politiques et religieuses.

Maïeul