Chemin principal : Accueil > LaTeX > BibLaTeX > Distinguer sources primaires et secondaires dans une bibliographie

Autre chemin : (Aller directement au contenu de l'article)

Distinguer sources primaires et secondaires dans une bibliographie

mardi 7 décembre 2010, mise à jour dimanche 12 août 2012, par Maïeul
Suivre la vie du site RSS 2.0 Forum

Les historiens, et de manière générale les chercheurs en sciences humaines, distinguent deux types de sources : les sources primaires et les sources secondaires. Les premières sont les documents « originaux » [1], les secondes sont des travaux de chercheurs.

Toute bibliographie « sérieuses » se doit de distinguer entre les deux. Voici comment j’ai décidé de procéder en latex [2].

En réalité, les sources secondaires ne sont pas vraiment des sources. Certe l’historien ne travail pas sans un précédent historiographique, mais sont matériel de base devrait rester les sources primaires.

C’est pourquoi j’ai décidé d’attribuer un mot clef (champ keyword) « source » aux sources primaires, et pas de mots clefs aux sources secondaires.

Grâce à biblatex il est aisé d’afficher une bibliographie t des sources primaires seulemen ou des sources secondaires seulement.

\printbibliography[notkeyword=source]

et

\printbibliography[notkeyword=source]

Cependant cela ne suffisait pas, car je souhaitais en plus séparer mes sources primaires par types. Pour mon mémoire je dispose, pour le moment, de quatre types de sources primaires :

  • Des lettres
  • Des traités
  • Des actes de conciles
  • Des sermons

Je pouvais indiquer le type comme un keyword. Cependant, je pensais qu’un champ distinct serait plus simple, afin de vérifier facilement dans BibTex que l’ensemble des mes sources primaires se voient attribuer une fonction. De plus, je trouvais peu sémantique de mettre un « mot clef » pour distinguer des types de document. Enfin, l’avantage d’avoir un champs spécial était de permettre de vérifier plus facilement l’unicité et l’uniformité de ce champs.

Heureusement le format bibtex permet d’avoir un champ Entrysubtype, qui, comme son nom l’indique, permet de définir un sous-type [3]. BiblaTex permet d’afficher une bibliographie dépendant de la valeur de ce champ [4].

Ainsi

\printbibliography[subtype=lettre]

m’affichera uniquement les lettres.

Cependant, il fallait gérer maintenant une bibliographie à plusieurs niveaux. Le plan de la bibliographie finale devrait être :

- Sources primaires
Ici les sources primaire
- Sources secondaires
-* Actes de conciles
-* Lettres
-* Traités
-* Sermons

Heureusement il est possible en Biblatex de définir les entêtes de bibliographie. Ainsi, je peux choisir si je souhaite avoir une section, un sous-section etc. comme entête de bibliographie.

J’ai donc défini deux type d’entête : bibliography et sans. Le premier étant l’entête par défaut, le second correspondant à l’absence d’entête [5].

Ce qui donne

\defbibheading{bibliography}{
        \subsection{#1}
}
\defbibheading{sans}{

}

L’argument #1 de la commande \defbibheading correspond au titre de la bibliographie. Par défaut, en français, elle vaut « Bibliographie ».

Il me restait maintenant à créer ma bibliographie, organisée comme il faut.

\section{Sources primaires}

\printbibliography[title=Actes de concile,subtype=concile]
\printbibliography[title=Lettres,subtype=lettre]
\printbibliography[title=Traités,subtype=traite]
\printbibliography[title=Sermons,subtype=sermon]

\section{Sources secondaires
}
\printbibliography[heading=sans,notkeyword=source]

L’argument title donné à \printbibliography défini, comme son nom l’indique, son titre. L’argument header lui indique l’entête définit précédemment par \defbibheading.

Et voilà une bibliographie bien classée ! Il me reste maintenant à voir comme gérer la division des sources antiques en livres, chapitres, paragraphes.

P.-S.

Ps : il existe la possibilité avec BibLaTex de faire des « catégories », j’ai hésité à les utiliser, mais

  1. il est nécessaire de les déclarer dans les entêtes de fichier.
  2. il faut attribuer une référence à une catégorie dans le fichier latex, et non dans le fichier bib. Je pense qu’il s’agit là d’une sources supplémentaires d’erreurs. Il est aisé pour moi de savoir toutes les valeurs du champ Entrysubtype et donc des les appeler dans le bibliographie, il est moins évident de ne pas oublier dans le corps du latex d’attribuer une category.

Notes

[1Je met des guillemets, car en général, on travail non sur les documents originaux mais sur des éditions critiques.

[2Cela n’est pas géré nativement en latex, sans doute parceque c’est un outil peu utilisé en sciences humaines

[3Dans BibTex, il faut aller dans les préférences, puis dans l’onglet champ pour lui dire de gérer d’autres champ que les champs standards.

[4Il ne permet pas pour le moment de le faire sur tout les champs.

[5Le second, c’est moi qui le définit

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

À propos

Titulaire d’un doctorat en théologie et d’un doctorat en histoire, sous la direction conjointe de Frédéric Amsler et d’Élisabeth_Malamut, je commence à partir du 1er août 2017 un travail d’édition critique des Actes de Barnabé.

Dans le cadre de la rédaction de mon mémoire de master puis de ma thèse de doctorat, j’ai été emmené à utiliser LaTeX, et j’ai donc décider de partager mes techniques. En effet, au cours de mes premiers apprentissages, j’ai découvert que les ressources indiquant les outils pour l’utilisation de LaTeX en sciences humaines étaient rares. Ceci m’a conduit à maintenir ou créer plusieurs packages LaTeX et à donner plusieurs formations.

Par ailleurs, je suis membre actif de la communauté SPIP, au sein de laquelle j’administre le site Spip-Contrib. Je propose sur ce site quelques notes sur SPIP, en général à destination de webmestre.

Il m’arrive également de faire un petit peu de Python, de temps en temps.

Enfin, je tiens un blog de réflexions politiques et religieuses.

Maïeul